« Du piment dans les yeux », une projection documentaire pour préparer le travail des élèves sur l’art contre l’exclusion

Du piment dans les yeux

Dans le cadre de la prochaine collaboration entre Arts en Scène et la Plateforme – Plattform sur l’art contre l’exclusion, les élèves de 3ème année d’Arts en Scène ont découvert le documentaire « Du piment dans les yeux » au cours d’une projection suivie d’échanges.

Du piment dans les yeux

Arts en Scène et la Plateforme – Plattform, un partenariat autour de l’art contre l’exclusion

La Plateforme de la jeune création franco-allemande (Plattform) et Arts en Scène coopèrent pour la troisième année consécutive. Pour cette saison 2019/2020, les structures toutes deux écoles de formation professionnelle de comédiens, s’engagent autour d’une thématique particulièrement actuelle : l’art contre l’exclusion.

Au programme ? 12 élèves d’Arts en Scène et 14 élèves allemands de l’école partenaire se rencontreront une première semaine dans nos locaux, à Lyon, avec pour objectif de rencontrer des artistes et structures culturelles pour échanger sur la thématique de la saison. Un premier travail de co-création sera également mené sur cette période pour aboutir la semaine suivante à une représentation, à Fribourg, en Allemagne !

C’est dans ce cadre qu’Arts en Scène a organisé pour ses élèves une projection du documentaire « Du piment dans les yeux », qui explore le travail de création de la metteuse en scène Antonella Amirante. Dans cette pièce étroitement liée à l’art contre l’exclusion, on retrace le parcours de Mohamed, jeune homme en quête de savoir, qui traverse les frontières pour poursuivre ses études. La projection du documentaire s’est suivie d’un temps d’échange avec la metteuse en scène, les deux réalisateurs du film, Yves Benitah et Patrice Pegeault de la Compagnie Acte Public, et les représentantes de la Plateforme.

« Du piment dans les yeux ou la soif d’étudier –  parcours d’un jeune africain »

Le film documentaire d’Acte Public Compagnie rend compte de la démarche artistique de la metteuse en scène Antonella Amirante (Compagnie AnteprimA), à l’occasion de la création de sa pièce « Du piment dans les yeux ». Cette fiction théâtrale, écrite par Simon Grangeat, s’appuie en partie sur l’histoire de Mohamed Zampou, dans laquelle il interprète son propre rôle.

Nous sommes persuadés que d’audiovisuel et la télévision ont un rôle à jouer dans l’accessibilité de l’art et de la culture autant qu’une véritable responsabilité, entre pédagogie, information, diversité et réflexion.  L’audiovisuel, le théâtre, comme le cinéma ou la littérature, peuvent contribuer à la mise à distance de sujets sociétaux et sociaux pour mieux les appréhender et en comprendre tous les enjeux. (Acte Public)

« Du piment dans les yeux est l’histoire croisée d’un jeune homme et d’une jeune femme, tous deux partis sur les routes pour tenter l’aventure d’une vie meilleure. Elle fuit la guerre, lui est mû par une inextinguible soif d’apprendre et de continuer à étudier, qui le rend capable de braver tous les dangers. D’une séquence à l’autre, nous suivons en alternance le parcours de ces deux jeunes gens qui affrontent notre monde et – sans résignation – luttent pour se construire une existence digne.

Du piment dans les yeux commence légalement et finit sans papiers, commence sous le ciel d’Afrique et se termine dans des rues de France. Entre les deux : les exils, les fuites, la débrouille et surtout, l’irrésistible envie de ne pas subir. »

–> Je découvre un extrait de la pièce « Du piment dans les yeux »

La rencontre entre Mohamed Zampou et Antonella Amirante

« Le drame de milliers de personnes anonymes, pour lequel je compatissais avec distraction, « noyé » au milieu des informations quotidiennes, est devenu un visage réel et concret. L’histoire d’un enfant qui trouve sa force de vie dans son envie d’apprendre.

Pendant trois jours, Mohamed m’a raconté son voyage, ses rêves, sa soif d’apprendre et de vivre plus forte que tous les dangers. (Antonella Amirante)

Après ces 3 jours, j’ai su que c’était à travers le récit de Mohamed et du regard pétillant et plein de vie d’un adolescent que je pouvais porter cette histoire tragique de notre temps au théâtre. La personnalité de Mohamed, son ouverture, son désir de partager son histoire et d’écouter les autres, son envie aussi de mélanger dans sa philosophie du quotidien le meilleur de deux cultures si différentes, sa force de vie, d’aller de l’avant, nous aide à mieux comprendre tout ceux qui risquent la mort pour la vie. »

Antonella Amirante fait partie du jury de certification des élèves d’Arts en Scène pour la promo 2018/2020.

Antonella Amirante

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.